Home»News by Country»France»Procès du vol des tableaux de maîtres du Musée d’art moderne: «J’ai fait la pire erreur de mon existence»

Procès du vol des tableaux de maîtres du Musée d’art moderne: «J’ai fait la pire erreur de mon existence»

0
Shares
Pinterest Google+
Vjéran Tomic, accusé du vol de 5 tableaux de maître, lundi 30 janvier au tribunal correctionnel de Paris.
Vjéran Tomic, accusé du vol de 5 tableaux de maître, lundi 30 janvier au tribunal correctionnel de Paris. – BERTRAND GUAY / AFP

Où est passé le regard bleu et doux de La Femme à l’éventail peint en 1919 par Amedeo Modigliani ? Et le reverra-t-on un jour ? Ces questions, Vjéran Tomic et ses deux acolytes jugés pour le vol et le recel « en bande organisée » de cinq tableaux de maîtres, ont tenté d’y répondre lundi 30 janvier face au tribunal correctionnel de
Paris.

« Ils me plaisaient »

Connu des services de police « pour sa particulière dextérité dans le vol de bijoux et d’œuvres d’art », Vjéran Tomic ose, avant le début de l’audience, la comparaison avec Arsène Lupin. Il faut dire que le casse était presque parfait. Crâne rasé, carrure massive – 1m90 pour 100 kg – celui que le milieu surnomme « spider » (« araignée ») est parvenu à dérober au Musée d’art moderne de la ville de Paris cinq tableaux signés Picasso, Matisse, Braque, Modigliani et Léger pour une valeur totale estimée à 100 millions d’euros. Le vol, qu’il qualifie à la barre de « spectaculaire » a été méticuleusement préparé.

A lire aussi : Mais pourquoi volent-ils des tableaux?

Sur la « commande » ou « demande » passée par son receleur, un antiquaire installé Gare de Lyon, ne figurent que deux noms : Fernand Léger et Modigliani. Après avoir descellé une baie vitrée, Vjéran Tomic constate qu’aucun système d’alarme ne se déclenche. « L’homme-araignée » entame alors sa déambulation dans les salles du musée. Il n’emporte pas deux mais cinq tableaux : « Ils faisaient pas partie de la commande mais ils me plaisaient », lâche le prévenu.

« Je les ai misse à la poubelle »

A tel point que lorsque le rendez-vous est pris pour réaliser la transaction dans un parking de Bastille avec l’antiquaire, il hésite à les garder – « pour ma collection personnelle » -, puis fini par donner le tout à son receleur. « Il les regarde, mais ne les contemple pas », ajoute Tomic qui assure aujourd’hui qu’il « rendrait bien les toiles à la police », s’il les avait encore. Pourquoi son interlocuteur

Article source: News Source

Previous post

Ford Executives Condemn Donald Trump's Immigration Ban

Next post

Mal logement: «Je vis ici dans 9m² avec mon mari et nos cinq enfants»